Du coût de la contre-façon de jeu de société

Oui, je suis un pirate ludique, de ceux qui n’hésitent pas à copier un jeu … Bouh … le vilain … Un vil copieur de jeu … un non-auteur non créatif dont la simple copie suffit à réjouir l’envie de créer … Et comme on me demandait récemment si c’était économique, allons nous donc faire un tour au pays des contre-maîtres …

copie-colle

Déjà, comment qu’on fait ?

Un exemple étant plus parlant, prenons le merveilleux Koryo de Moonster Games. Le jeu sort le 9 septembre et est en train de sécher sur la table en ce moment même (jeudi 22 août à 15h). Ma première version est d’ailleurs déjà prête depuis vendredi dernier.

Alors pour copier un jeu, il faut des images … Ben oui, si je faisais moi-même mes images, je ne serais plus dans le domaine de la copie mais dans celui du #FanArt, beaucoup moins sujet à polémique. Le plus simple, c’est donc les images de l’éditeur même.

Sauf qu’il n’y a pas toujours toutes les cartes.  Par exemple, on trouve plus difficilement le dos des cartes. Et puis là, dans ce cas, il y a les 8 cartes de tours. Bref, entre les rectos et les versos, on a :

  • 8 cartes de tour : face
  • 8 cartes de tour : dos
  • 9 personnages
  • 2 événements
  • 1 fond pour les personnages et événements

Donc pour faire une copie parfaite, il vous faudra trouver 28 images de bonne qualité. A moins de les scanner directement, c’est chose impossible. Autre option, découper et étirer des photos du jeu à l’aide de Photoshop ou équivalent.

Ainsi, pour mon Koryo, si j’ai bien des cartes personnages et événements de qualité acceptable, pour le reste, ce sont des découpes sous Photoshop. Autant dire que le résultat est assez médiocre. Bref, très loin de la qualité d’un éditeur, même du pire qui soit …

Et tu imprimes ça comme ça ?

Alors il y a des professionnels de l’impression d’image à la bonne taille. Pour ma part, jongler entre le paramétrage de l’imprimante et la règle de Word, ça me gonfle mais très très rapidement. Outre que la qualité n’est pas correcte, il faut toujours une dizaine d’essais avant d’obtenir le bon résultat.

Bref, pour ma part, j’utilise un petit logiciel bien sympathique qui permet d’aligner les éléments que l’on souhaite sur une page au pixel près. Simple, efficace mais long. D’autant plus, dans le cas de Koryo où mes images des cartes de tour sont d’une qualité médiocre, je dois ajouter des éléments en sur-impression.

Ainsi, je dois arriver à replacer chacun des éléments textuels (numéro de tour, nombre de cartes à piocher et nombre de cartes à conserver) sur les cartes. De même, afin d’améliorer la lisibilité, je dois rajouter des cercles opaques de la même couleur que la carte afin de masquer les écritures provenant de l’image. Et si vous ajoutez à cela que le cercle au milieu est en fait une ellipse …

Mais alors, ça te coûte combien ?

Alors déjà, ça coûte beaucoup de temps. Ça, on a tendance à l’oublier, surtout quand on vient me demander mes beaux fichiers PDF déjà tout prêts … Mais déjà, la récupération d’images, les retouches sur Photoshop, c’est long (1 petite demi-journée dans notre cas, mais je ne suis pas un pro de Photoshop).

Ensuite, l’assemblage sous un PDF aux petits oignons, ben c’est pareil. Autant faire un truc à l’arrache avec les images tels quelles, c’est rapide si on ne retouche rien. Mais si pour palier la qualité des images, vous rajoutez en sur-impression du texte et des petits dessins, ben rajoutez autant de temps au processus de copie (ici, encore une bonne demi-journée) …

L’impression est aussi un autre point consommateur de temps et de ressources. Outre qu’il vous faudra du papier de bonne épaisseur, oubliez les impressions en niveaux de gris … De même, plus votre imprimante sera de basse qualité et plus vous risquez de devoir réimprimer des feuilles. Quant au recto-verso sur lequel vous comptiez pour gagner du temps, oubliez si votre imprimante vaut moins qu’un SMIC …

Pour l’encre, si on compte que c’est 16 feuilles couleur, j’utilise 6% de ma cartouche d’une capacité de 250 pages soit presque 1€ (pour une cartouche à 15€). Pour les feuilles, la ramette de 250 pages 160 gr à 7€50, ça nous donne presque 0€50.

Mais c’est faire abstraction de l’imprimante, des scalpels et lames de rechange, du massicot, du tapis de découpe auto-cicatrisant, de la perforatrice d’angle … Et c’est encore faire abstraction du nombre de scalpels et autres perforatrices qu’il a fallu tester avant de trouver un matériel convenable …

Reste ensuite à découper. Là, pour 16 planches, c’est presque 2 heures de découpe. Attention les doigts … D’autant qu’étant en vacances, c’est sur une planche en bois, mon matériel étant resté à Paris … Attention donc en plus aux échardes …

Ajoutez enfin les sleeves qui vont bien. Bon, j’ai opté pour les moins cher. Donc 100 sleeves pour 1€, c’est le format 2 5/8 » par 3 5/8  » de chez Ultra Pro, disponible à peu près partout au même prix. Donc pour un Koryo, 0€50 de pochettes plastiques.

On aurait pu préférer la plastifieuse, mais le prix serait plus important, et de toute façon, mon matériel, une fois de plus, est resté à Paris.

Alors au global, on est à quoi :

  • 2€ de matériel brut
  • 1-2€ d’investissement sur la matériel
  • 15-20h de réalisation, ajustement, réglages, impression, découpage, sleevage

Contre 20€ pour un achat en magasin, voire une petite dédicace à Essen … à 7€37 le SMIC horaire net … même à 10h de travail, on est à 73€70 … Faîtes vos comptes … A plus de 2h de réalisation, il est plus rentable de l’acheter directement, qualité garantie en plus …

Mais alors pourquoi copier un jeu ?

Il est clair que l’intérêt n’est pas l’économie. Dans le cas de Koryo, il s’agit d’un jeu que j’ai beaucoup apprécié et que j’irai acheter à Essen pour en avoir une version dédicacée (oui, je pourrais tenter de faire dédicacer ma copie, ça pourrait être vraiment drôle … mais en fait non …).

Simplement, il y a plusieurs choses. D’une part, je souhaitais le faire jouer à mes parents pendant les vacances … Or le jeu ne sortira que le 9 septembre … raté … Si je voulais les faire jouer, je n’avais d’autre choix que de le faire moi-même. Les vacances sont tellement plus propices au jeu que le reste de l’année …

Et puis le défi technique. Réaliser un jeu de carte quand tout est fourni pour, c’est facile. Mais faire une copie de « qualité » d’un jeu qui n’a pas à être copié à la base … Et oui, le petit truc du genre : même pas cap, et puis t’y arrivera pas … Et bien si … Et puis l’occasion fait le larron … J’avais noté que des visuels étaient disponibles … Moins de travail, donc plus accessible.

Et puis tout simplement, avant de pouvoir faire du #FanArt de qualité, il faut maîtriser des outils, dont Carta Genius dont je vous ai déjà parlé pour faire des cartes. Koryo c’est aussi un exercice de style sur cet outil, creuser un peu plus, ajouter de la sur-impression, …

Et puis un peu d’orgueil quand même. Soyons clair, je suis un des premiers à avoir un Koryo … Mouahahahahah … Nous sommes d’accord, c’est puéril et sans le moindre intérêt … mais c’est amusant … Un plaisir qui je l’espère ne durera pas longtemps puisqu’il sort dans 2 semaines … 2 looooooooooongues semaines …..

Et t’as pas peur que Manu te pète la gueule ?

Et bien en fait … je serai curieux de son avis sur la question. Comme il est homme très sympathique, je n’ai aucune crainte quant à recevoir une mandale virile en pleine tronche … Pour autant, je suis sûr qu’il ne serait pas particulièrement heureux de voir mon petit fichier PDF courir sur la toile …

D’ailleurs, qu’il se rassure. Il est absolument inutile de me demander de vous fournir mon fichier. Je ne le transmettrai à personne. D’autant que mon nom est taggué dans le PDF, et qu’il ne sera donc pas bien difficile de savoir s’il provient de chez moi.

Toujours est-il que de mon point de vue, c’est un hommage que de consacrer autant de temps à un jeu que je vais acheter à Essen. Les précommandes devraient d’ailleurs ouvrir d’ici 2 à 3 semaines pour les intéressés. Mon but n’est pas de copier pour copier …

Simplement, je ne voulais pas patienter … et je le paie au prix fort … Et c’est aussi fournir de la visibilité à un jeu. Si quelqu’un prend le temps de le copier, c’est qu’il doit valoir le coup ? Et susciter la curiosité ne peut qu’être bon pour un jeu …

Mais du point de vue de l’éditeur, quel en est le ressenti ? Manu, si tu veux laisser un commentaire, n’hésites pas … Flatté ? Soucieux de voir s’envoler dans la nature un fichier à imprimer ? Dubitatif ? … ?

Toujours est-il que la prochaine étape, c’est le #FanArt … alors si vous avez un thème avec 11 personnages bien sympathiques qui pourrait coller, vous pouvez toujours me le soumettre. S’il me fait de l’oeil, c’est avec grand plaisir que j’irai un peu plus loin dans l’hommage … Ah oui, se faire dédicacer un #FanArt, ça, ce serait beau …

À propos de UltraLord

29 ans, jeune papa, passionné de jeux de société, curieux du jeu en général et parfois de tout plein de trucs bizarres.
Ce contenu a été publié dans Prototypes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Du coût de la contre-façon de jeu de société

  1. Ping : Du coût de la contre-façon de jeu ...

  2. Ping : Du petit tour d’horizon du #DIY dans le milieu du #j2s | Le blog du Lord

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s