Prototypage : de tes custom-tampons de la mort qui tue

Dans la vie de tout adepte du loisir créatif (disons #DIY pour rester général et éviter de faire peur à certains barbus virils) est une étape indispensable, qui marquera l’avant, à savoir le design non reproductible, et l’après, à savoir, l’industrialisation de la reproduction graphique.

Cette révolution (n’ayons pas peur des mots) n’est autre que le custom-homemade-stamp qui en bon franchouillard pourra s’apparenter au « tampon patate ». Oui, c’est moins branchouille, mais pourtant terriblement efficace. Bref, faites vos propres tampons.

Pour ma part, je balance entre deux techniques que je vous laisserai choisir en fonction de vos besoins :

  • la sculpture de symboles
  • la découpe/assemblage de symboles

La première technique est donc la sculpture. Concernant la matière, plusieurs options, tant que votre support est souple : gomme, bouchon de liège, patate, …

Le bouchon de liège me semble un peu trop dur pour être facilement travaillé. Attention donc aux doigts si vous vous servez d’un scalpel ou équivalent. La gomme est un support qui m’avait beaucoup plus et résistant dans le temps. J’avais par exemple fait ces tampons « pieds » pour me faire un dé pour Marrakech.

Dés marrakech

Concernant la patate, je ne l’ai jamais essayée mais son travail est dit très facile. Reste la question de la conservation dans le temps sur laquelle j’ai des doutes.

Le problème de cette technique est qu’il n’est pas toujours facile de sculpter les supports qui nous intéressent. J’ai lors de mes premiers essais eu quelques difficultés à obtenir des résultats vraiment satisfaisants.

La seconde technique par  contre est beaucoup plus simple, car au lieu de sculpter et donc d’enlever de la matière, l’idée est d’en ajouter. Ou pourra alors par exemple découper le motif qui nous intéresse dans une feuille de mousse.

Tampon coeur

Il suffira ensuite de coller cette forme sur un support, type bouchon de liège. Le gros avantage est qu’il sera possible d’ajouter plusieurs découpes pour des motifs compliqués. Et puisque dès le départ on travaille par ajout de matière au motif, on pourra revenir en arrière en cas de motif mal réalisé.

A titre d’exemple, voici quelques motifs réalisés récemment, ainsi que la quantité de mousse nécessaire au collage.

Tampons mousse

Publicités

A propos UltraLord

29 ans, jeune papa, passionné de jeux de société, curieux du jeu en général et parfois de tout plein de trucs bizarres.
Cet article, publié dans Tutoriel, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Prototypage : de tes custom-tampons de la mort qui tue

  1. Ping : La chronique du Lord #5 : les moteurs de jeux | Le blog du Lord

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s