Comment bien râter ses plastifications

La plastification, c’est très simple. Vous achetez la machine, l’allumez pour la pré-chauffer. Une fois que le voyant vous dit que c’est prêt, vous pouvez mettre vos documents à plastifier. Et pour ça, rien de plus simple. Prenez les feuillets, placez y votre document et insérez le tout dans la plastifieuse.

Pour autant, allez savoir pourquoi, des fois, ça ne se passe pas comme prévu. Peut-être la précipitation des préparatifs de dernière minutes pour Essen ? Toujours est-il que je voulais me faire un beau The Empire Engine pour me le faire dédicacer là-bas et que ce fût raté … Ainsi donc, voici quelques conseils de professionnel pour « râter parfaitement votre prochaine plastification ».

plastification ratée

Le premier conseil est sans doute le plus simple. La technique consiste, au moment de présenter le feuillet à plastifier de mal l’insérer. Au lieu de le mettre bien droit face à l’insert, tournez le de côté et froissez le.

Avec un peu de technique, les deux volets du feuillet à plastifier ne vont pas rentrer bien face à face. En découleront de bien disgracieux plis. L’autre technique pour obtenir le même résultat est de présenter le feuillet par le mauvais côté. Au lieu de présenter le feuillet par la jointure, retournez le et décalez les deux côtés de celui-ci. Plis garantis.

Je n’ai malheureusement pas de photo nette avant découpe. Voilà donc le résultat après découpage :

20140104_174752

Le second conseil est, je l’avoue, beaucoup plus obscur pour moi. Mais ayant quelques idées, je vous les soumets pour test. Le résultat attendu est une plastification partielle laissant apparaitre des bulles d’air et des parties non collées.

Je vois alors une première option simple : ne pas attendre le temps de préchauffage attendu. Malheureusement, dans mon cas, j’avais déjà plastifié une page. Le préchauffage était respecté … A vous de tester.

Seconde option, utiliser des feuillets ne correspondant pas au préchauffage choisit. Pour ma part, ma plastifieuse permet au choix la plastification en 80 ou 125 microns. En préchauffant pour 80 microns et en utilisant des feuillets de 125 microns, il devrait être possible de ne pas chauffer assez pour que la plastification soit uniforme. Mais là encore, ce n’est pas ce qui s’est passé puisque je n’ai que des feuillets de 80 microns. Et si j’avais utilisé le réglage en 125 microns, j’aurais fait fondre les feuillets.

Reste alors l’épaisseur du papier. J’ai pour mes échecs utilisé deux feuilles de 160gr/m² encollées ensemble. Peut-être l’épaisseur du papier peut-elle jouer dans la qualité de plastification ? Pour autant, le risque m’aurait plus semblé être de trop s’approcher des résistances et donc de faire fondre les feuillets. Bref, voici pour le résultat :

20140104_174850

Et pour mieux voir, le résultat après avoir tenté de décoller la page :

20140104_175000

Et pour terminer, j’aurai un dernier conseil particulièrement efficace : la plastification multiple. Je me rappelle qu’après avoir découpé des tuiles plastifiées, je m’étais dit « tiens, comme les bords ne sont pas nets, peut être qu’en les repassant à la plastifieuse, les bords seront plus agréables au toucher ? ».

Hé bien non, car ça sur-chauffe la plastification et ça fait gondoler les tuiles (il s’agissait des tuiles de mon tout premier prototype). Vous pourrez observez le résultat sur la tuile tout en haut à gauche :

20130415_185843

Voilà donc mes petits conseils. Bien évidemment, cet article n’est pas exhaustif et des personnes plus qualifiées auront sans doute d’autres idées pour rater une plastification. Pour autant, ces quelques techniques de base devraient déjà vous ravir. Et si vous pensez que certaines techniques méritent d’être ajoutées, alors faites moi signe ;-).

Publicités

A propos UltraLord

29 ans, jeune papa, passionné de jeux de société, curieux du jeu en général et parfois de tout plein de trucs bizarres.
Cet article, publié dans Les chroniques du Lord, Tutoriel, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Comment bien râter ses plastifications

  1. Michel dit :

    Bravo pour le blog et la chronique du podcast
    Dommage pour ta plastification.
    Je viens de terminer ma propre version de “The Empire Engine”
    Je n’ai pas plastifié mes cartes au sens propre, j’ai utilisé des card sleeves. Et j’ai juste modifié la taille des cartes pour les adapter au pochette au moyen d’Adobe In Design.
    Par contre, il me manque 2 choses :
    – le dos des cartes “good little game” que je n’ai trouvé nul part;
    – et la règle du jeu en français
    Je cours m’attaquer au decktet et à Maquis.

    • UltraLord dit :

      Envoi moi un email ou twitter mou si j’oublie de diffuser tout ça … mais je dois avoir les deux sous la main … 🙂

  2. courtjus dit :

    Concernant ton problème de bulles, je dirais que c’est lié à la colle entre les feuilles. J’avais eut le même soucis. Soit ça n’a pas séché assez longtemps, soit la chaleur de la machine fait fondre la colle qui est entre les feuilles et ça humidifie le papier

  3. Didier dit :

    Bonjour, est-ce que tu as pu testé finalement avec un grammage moins élevé que le 160gr/m² pour voir si cela se passait mieux ? J’ai dernièrement construit un jeu de cartes (Gaston) avec du papier 160gr/m² (double feuille pour le recto et le verso) et ma plastification s’est décollée. J’ai essayé de repasser chacune des cartes individuellement dans la plastifieuse par la suite, mais ça n’a pas réglé le problème. Je viens d’acheter du 110gr/m² pour effectuer un autre montage. Je verrais si ça aide ou pas.

  4. =Don Cristo= dit :

    « Le premier conseil est sans doute le plus simple. La technique consiste, au moment de présenter le feuillet à plastifier de mal l’insérer. Au lieu de le mettre bien droit face à l’insert, tournez le de côté et froissez le ».
    Le mieux, à ce sujet, est de placer en biais un feuillet A3: catastrophe assurée! Il suffit alors d’un léger décalage pour *tout* foirer: blocage dans la plastifieuse (excellent pour le moteur et aucun risque de faire cramer le tout – non non, vraiment aucun), plastification disgracieuse en accordéon (irrécupérable: une demi-heure de repassage permettra au mieux d’aplatir un peu « l’œuvre »). Et avec ça, aucun stress, surtout lorsque l’échec porte sur un élément unique non ou difficilement reproductible.
    Merci en tous les cas pour les tutos instructifs. De (nos) erreurs, les autres apprennent…

  5. Ping : Petit cours de découpe et de plastification

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s